Et si…?

Et si tous les héros de séries policières se retrouvaient dans le même épisode ?

C’est à dire si on faisait un immense cross-over (« dans les univers de fiction, un cross-over ou une incursion est une production qui regroupe des personnages dont les aventures se déroulent dans des séries différentes.  » -wikipédia) de toutes les séries policières, qu’est ce qui se passerait ? Qui serait pote ? Qui s’engueulerait ? Comment l’enquête se déroulerait-elle ? Voilà le genre de questions qui me taraudent vers deux heures du mat’ dans mon canapé, quand je regarde des séries allemandes qui ont perdu tout sens à mes yeux.

Attention il va y avoir des spoil dans cet article, plus ou moins évidents bien entendu, mais si tu ne veux pas savoir ce qui arrive à Hotch dans la saison 5 d’EC, alors ne lis pas ce qui suit.

Déjà un petit récap’ des différentes séries qui entrent dans mon scénario-de-la-mort-qui-tue, résumé par Allociné :

NCIS Enquête spéciale

La Naval Criminal Investigative Service regroupe une équipe d’agents spéciaux chargés d’enquêter sur des crimes concernant la Marine.

BONES

Temperance Brennan est une anthropologue hautement qualifiée qui travaille à l’Institut Jeffersonian. En examinant les squelettes de personnes décédées, elle est capable d’en reconstituer la vie et les circonstances de la mort. De telles capacités n’échappent pas au FBI qui fait appel à ses services dans le cadre d’affaires criminelles lorsque les méthodes traditionnelles d’identification des corps ne donnent rien. Temperance travaille en collaboration avec l’agent spécial Seeley Booth, ancien sniper de l’armée qui se méfie de la science et des scientifiques.

Esprits Criminels

L’équipe des profilers étudie les comportements et les esprits torturés des criminels les plus dangereux du pays, afin d’anticiper les crimes d’un éventuel tueur. Chaque membre de cette unité d’élite a sa personnalité, son histoire mais aussi sa spécialité, Ils sont tous dépendants les uns des autres et les résultats dépendent aussi de cette complémentarité.

FBI portés disparus

Une brigade du FBI s’efforce de réunir témoignages et indices pour retrouver les personnes disparues. Le temps leur est compté car chaque heure qui passe réduit les chances de retrouver la victime.

Les experts

Une unité scientifique de la police de Las Vegas utilise la technologie de pointe pour trouver des indices et élucider les meurtres.

(On notera ici la pose hyper naturel des acteurs sur ces photos de groupes)

Maintenant, une petite typologie des différents personnages que l’on se doit d’avoir dans toute bonne série policière, le tout agrémenté d’exemples par rapprochement (nous voilà au Qui serait potes/Qui se foutrait sur la gueule) :

Ceux qui seraient potes :

Les fouines scientifiques : chaque série a les siennes, ceux qui sont scientifiques, ou qui fouinent sur les ordis, ceux qui ne vont bien souvent pas sur le terrain, souvent marrants, parfois peu sociables, mais généralement attachants (et parfois canons Dr Reiiiiid).

Penelope Garcia, McGee, Abby : les scientifiques, informaticiens un peu cinglés, attachants

(EC / NCIS)


Docteur Jack Hodgins, Greg : les scientifiques qui font des expériences qui peuvent virer au drame

(BONES / Les experts)

Ducky, Dr Reid : les scientifiques traumatisés par leur mère, très cultivés, souvent peu sociables, tendance à raconter des anecdotes au mauvais moment

(NCIS / EC )

Les leaders : les patrons aux allures insensibles mais qui ont subis de grands traumatismes : patron ou personnage principal, ce genre là dirige, est d’une rigueur millitaire, ne transige presque jamais avec la loi ou le règlement. Bien souvent on pourrait le croire insensible, mais c’est surtout quelqu’un qui ne laisse jamais ses sentiments intervenir dans une enquête, parfois il a du mal avec les relations. Il peut également adhérer à des devises tel que « ne t’excuse jamais, c’est un signe de faiblesse ». Mention spéciale pour Bones, qui même si elle peut faire preuve de sensibilité et une handicapée sociale avérée.

Docteur Temperance « Bones » Brennan, Leroy Jethro Gibbs, Gilbert « Gil » Grissom, , Aaron « Hotch » Hotchner.

(BONES / NCIS / Les experts / EC)

Les gros bras canon (ou pas) : ils sont beaux, ils sont pro, ils sont souvent drôles et dragueurs, ils ont des allures de mecs inbrisables et de dom juan, mais ce sont en fait des mecs romantiques. La plupart du temps ils ont subi des traumatismes dans leur enfance (père violent, viol…)

Tony DiNozzo, Seeley Joseph Booth, Derek Morgan, Nicholas « Nick » Stokes

Les inclassables : oui, il en fallait, et je nomme Ziva David (NCIS) ! J’aurais pu la mettre dans les insensibles, mais en fait elle pleure, et surtout elle est dingue, mais drôle, bref elle ne rentre nul part. Ensuite il y a : Vivian « Viv » Johnson (FBI) qui sert plus ou moins de déco de Noël au FBI, je pense qu’elle n’est dans l’équipe que pour remplir le cota d’acteur noir américain qu’il leur fallait (je vous jure qu’il y en a un.) Catherine Willows (Les exp), pour finir ! Elle aurait pu aller dans les alcooliques anonymes, mais en fait dans le genre vieille peau au passé sulfureux elle est seule ! (non pas de photos pour cette section des inclassables, je sais, c’est tragique)

Les pistonnés un peu fade : Ce n’est pas un genre obligatoire, de temps en temps on en a un. Souvent ils ont des débuts difficiles dans l’équipe du fait de la profession de leurs parents, ils doivent faire leurs preuves. Ce sont des gens gentils, efficaces et discrets, donc somme tout assez insipides.

Emily Prentiss , Martin Fitzgerald

(EC / FBI portés disparus)

Les alcooliques à problèmes :  Le titre est assez évocateur il me semble. J’aurais pu aussi mettre Warrick Brown dans le genre, mais il boit pas assez.

John Michael "Jack" Malone, Danny Taylor, Sara Sidle.

(FBI / Les experts)

Warrick qui ne tient pas un scotch mais une lampe torche, ce qui l'a disqualifié.

Les vieux sages : ils sont vieux, ils sont doués, respectés, mais ce ne sont pas les chefs. Cependant ils sont proches des chefs, parfois leur confident, ou leur ami, ils sont ceux qui les ont vu débuter et qui les connaissent le mieux. Ils conseillent souvent les autres personnages sur leur conduite ou leur relation.

David Rossi, Ducky , Docteur Albert « Al » Robbins.

(EC / NCIS / Les experts)

Les filles mignones et sensibles : elles sont jolies, elles sont les plus atteintes par les affaires, parfois elle peuvent être mère au cours des saisons, souvent elles ont une histoire d’amour avec un autre personnage de la série.

Jenifer Jarrow ("J.J"), Angela Monténégro, Samantha "Sam" Spade

(EC / BONES / FBI )

Ceux qui se fouteraient sur la gueule :

Principalement les leaders et les alcooliques anonymes : Parce que Jack est le chef et qu’il ne respecte pas la loi au pied de la lettre et qu’il laisse trop ses problèmes envahir son travail ce qui aurait le don de révolter la seconde catégorie.

Gibbs / Jack Malone

(NCIS / FBI)
Dinozzo serait probablement en froid avec les fouines des autres séries, car si ces blagues stupides sont prises comme un signe d’affection par McGee, je pense que pour les autres ça serait pas le même délire. Il aurait sûrement des réflexions envers Garcia, Bones ou Hodgins qui seraient déplacées, et pourraient créer des tensions (oui, je devrais faire psycho spécialité TV)

DiNozzo / Hodgins

(NCIS / BONES)

Il se pourrait aussi qu’on ait des souci entre les pistonnés et les alcoolo, style bataille dans la boue Emily Prentiss VS Sara Sidle !

Emily / Sara

(EC / Les experts) ressemblance de la coupe de cheveux sur cette photo c’est fou!

On peut noter pour cette rubrique mes magnifiques montages photos : j’ai un don évident pour le dessin d’éclair, merci public !

L’enquête :

Déjà il faut savoir que chaque équipes à ses particularités, elles traitent certaines affaires et pas d’autres, il faudrait donc une affaire qui remplissent certains critères :

Il faut qu’il y ait un ou plusieurs marines en jeu (NCIS), des ossements non identifiables (BONES), un tueur en série (Esprits Criminels), des gens qui disparaissent (FBI porté disparu), et des trucs durs à analyser (Les experts).

Mettons donc qu’on retrouve des ossements assez abimés, on les confie à Bones et à son équipe. Ils découvrent que les os appartiennent à des marines, et qu’ils ont été détruit par des cochons qui mangent une salade spéciale qui n’est utilisée que dans une ferme aux alentours.

Réunion d'équipe autour des os

On y envoit Les experts, qui relèvent des tas de trucs auxquels personnes ne comprend rien.

Arrivée en trombes sur le lieu du crime

On appelle les gars du NCIS parce qu’il s’agit de marines bon sang !

"Arf, mais c'est quoi ce truc super lourd ?" Gibbs inside.

Ils demandent l’aide d‘Esprits Criminels parce qu’il s’agit d’un tueur en série, ces derniers te dressent un profil en 2’2. Un homme d’une trentaine d’années, qui n’a jamais réussi à rentrer à l’armée, propablement battu par un père violent, qui a des problèmes avec l’autorité. Il vit seul ou s’il a une femme il la violente.

Dressage de profil géographique grâce à Reid, et victimologie, ils sont au taquet.

Un marin vient de se faire enlever (!), on appelle FBI portés disparus, il te font l’itinéraire du gars ces dernières semaines grâce à Garcia et à Abby, on finit par retrouver le malade.

"Mais qu'est ce qu'il fait à cette vache sur cette photo ?"

C’est le NCIS qui l’arrête vu qu’il s’agit de meutres de marines.

Gibbs garde son sang-froid, c'est pas une chochotte, lui !

Gibbs l’interroge et il avoue parce que Gibbs lui chuchotte le ZE truc à l’oreille qui fait peur.

Chuchottement secret mythique

Finalement il va en prison, et tout ce petit monde se tape dans la main comme une équipe de basket. Chouette !

En 2’2 tout est résolu, l’épisode a duré 3 minutes, conclusion : le travail d’équipe, ça paie !

Publicités
Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Twilight 3 : nous irons tous brûler en enfer

J’ai cédé aux incessantes supplications de mes amies, et à celle d’allocine, il y a quelques jours, j’ai réussi à me procurer Twilight 3, avant sa sortie en France. Outre la mauvaise qualité d’image, les rires des spectateurs, les silhouettes de ceux qui s’en vont pisser (ou se pendre tout dépend) ou l’anglais trop vitre prononcé j’ai pu goûter à toutes les immenses qualités de ce film.
Certes, quand après deux minutes j’ai vu Robert Pattinson brillant dans une prairie de fleurs violettes et jaunes, bécottant sa copine, j’aurais pu me douter que ça s’annonçait mal.

L’adaption livre/film (ça c’est la critique sérieuse -ou pas) :
Pour celles (ou ceux) qui ont lu le livre (dont je fais partie -pour ma défense, lu en anglais), mettons nous d’accord, il ne se passe pas grand chose dans ce troisième tome. Pour parer à cette embûche, ils ont décidés pour le film de coller tous les moments où il se passe des trucs. Conclusion l’histoire n’a aucune logique. Parce que malheureusement dans le livre, tous les moments culcul-la-praline ils ne servent pas de déco, mais ils participent à l’explication. (Oui le scénario est tellement riche et l’intrigue tellement bien menée t’asvuquoi).

Le livre est en narration interne ( = on ne sait que ce que Bella sait, c’est elle qui raconte l’histoire ) c’est sensé rajouter du suspeeeens, bein là, ils t’ont juste trucidé tout le « mystère » (ouais entre guillemets, faut pas pousser mémé non plus), puisqu’on voit TOUT, même ce que les personnages ne voient pas, même ce qui n’est pas raconté dans le livre. Plusieurs jours après je n’ai toujours pas compris l’intérêt. (si ce n’est d’entre-couper les scènes de prairies par des scènes qui font peur bouhouhou).

Les performances délirantes des acteurs :

Il faut avouer qu’ils possèdent tous une palette d’expressions faciales immense :

Robert Pattinson est penseur

Robert Pattinson va se faire une meuf dans une prairie

Robert Pattinson va te péter la gueule

Robert Pattinson vient de gagner 1,2 million de dollars, la joie s'étend sur son visage

En somme les meilleurs acteurs sont les acteurs secondaires (qui ont probablement jouit d’une plus grande liberté de jeu que les autres), oh chance, ils ne servent que de décors. Emmett (Kelan Lutz) doit dire trois répliques en deux heures (à dix mille dollars le mot c’est déjà beaucoup). La relation de Bella et de Rosalie qui prend toute son ampleur (elles deviennent copines quoi) dans le livre se résume à trois minutes de flash back, trente secondes de sanglots et un câlin.

Structure logique et appréciable :

Vers la fin du film (et du livre) les héros sont « gradués » ils reçoivent leur diplôme de fin de lycée, je t’illustre ça pour que tu comprennes mieux :

ils se réunissent donc pour lancer leur petit chapeau qui fait une drôle de tête. On est d’accord ça s’est la fin de l’année, l’été tout ça tout ça. Après avoir reçu leur diplôme, ils se battent, dans la neige.
Bon je sais que ça se passe dans le Nord des Etats Unis, mais faut pas abuser non-plus, Météo monde m’indique que demain il fait 33° à Seattle : on est pas des buses, merci.

(J’ai cherché avec ferveurs et force une photo de la lutte sensuelle dans la neige, mais y a que la prairie qui sort, donc tu vas devoir me croire sur parole -ou aller voir le film -be or not to be that is the question).

Twilight ou comment découvrir un laideron caché :
C’est Balibulle qui m’a fait réagir la première, je me demande comment on peut autant enlaidir quelqu’un de beau (surtout dans le but de le rendre encore plus beau), il faut en vouloir, je m’incline, ça doit être un travail de fou.

Rosalie - Emmett

Nikki Reed - Kellan Lutz

(je sais que ce n’est pas l’exemple le plus probant, mais regarde plutôt la suite : )

Alice - Jasper

Ashley Greene - Jackson Rathbon (Mais qu'ont ils fait aux cheveux de Jackson ? Lui qui fut si beau)

On a dépensé tellement d’argent pour laver les cheveux de Pattinson qu’on a plus de fric pour lui payer des fringues :

3 films, 1 homme, 1 tee shirt :

Twilight 1

Twilight 2

Twilight 3

(je sais je suis de mauvaise foi, sur la première photo c’est pas exactement le même). J’attends avec impatience le quatrième pour voir comment ce tee shirt gris sera réutilisé !

On peut aussi noter un goût très sur pour les tenues des autres personnages (bon sauf Jacob/Taylor Lautner qui est toujours à poils -quel jeu de mot je suis en train de faire, c’est fou) :

Twilight 1

Twilight 2 (chaussures très chic de Bella + robe trop longue, chouette !)

Mention spéciale aux dialogues de ce film :
La réplique la plus ridicule du film revient sans conteste à Bella :

« Je ne me suis jamais sentie normale, parce que j’suis pas normale et je veux pas l’être. J’ai du affronter la mort, la douleur et la peine dans ton monde mais en même temps je me suis jamais sentie aussi forte et aussi vraie, parce qu’en fait j’étais moi-même.  » Même si Jacob arrive pas loin derrière avec son « Je suis plus chaud que toi » qui illumine la scène de la tente.

En somme un livre mal adapté, des acteurs qui s’apparentent à des playmobils (vu le nombre de péruques dans le film ils ont du s’échanger leurs cheveux pendant des mois -chouette !), qui sont décevants, et qui ne peuvent pas s’exprimer,une chronologie sans aucune logique. J’avais lu quelque part qu’ils voulaient faire un film d’action cette fois-ci, faites-moi rire, deux gugus qui jouent à pousse pousse dans la neige, c’est pas encore Matrix, même s’ils se poussent au ralentis.

Une petite sélection rien que pour vu des groupes facebook à rejoindre après le visionnage de ce chef d’oeuvre du septième art :

Twilight ou comment hésiter entre la nécrophilie et la zoophilie…

les Twilight ? au fond à gauche !

> ♥ < TwilighT > ♥ <

Moi ausi jvoudrer ke les mek ns dise des phrase comme edward ds twilight 2

Etre un playmobile et échanger ses cheveux avec ses ami(e)s !

Si ça continue vous allez penser que je m’acharne, alors promis, le prochain article n’est pas sur Twilight ou sur Roro.

Edit de dernière minute : Allociné propose une émission faux raccord sur Twilight 1&2 qui est plutôt drôle (même si l’animateur s’en prend un peu aux fans de Roro, ce que je trouve un peu condescendant) ! Mais le pire de cette vidéo, ils ont écorché Clair de Lune de Debussy, en l’écrivant Claire, mon coeur se brise !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Remember me : ou l’histoire d’un true rebel

Oui, je suis une vraie fille, oui je trouve que Robert Pattinson est pas mal, oui j’ai lu Twilight, oui j’ai vu Remember me.

Avec la bande d’annonce je pensais que ce serait un film un peu différent d’un vrai film-pour-fille comme peut l’être Love Actually : ça s’annonçait bien, je pensais être un peu surprise par notre Roro international. Le synopsis avait un goût de déjà vu mais pourquoi pas.
« Tyler est un jeune New-yorkais de 22 ans en rébellion contre sa famille et la société suite à un drame familial. Après une altercation avec un policier, il décide de se venger en séduisant la fille de celui-ci. Mais Ally se révèle être une jeune fille fragile et imprévisible dont il va tomber fou amoureux. Ce qui ne devait être qu’une plaisanterie cruelle se transforme vite en une histoire qui les marquera à jamais…  » Voilà ce que nous dit Allociné. Dans les fait, il se trouve que Tyler a perdu son grand frère, en effet, il
s‘est suicidé, et la mère d’Ally a été assassinée. Ces deux pertes ont plus ou moins bouleversé leurs familles respectives et le film tend à s’appuyer là dessus.

Bon, jusque là je m’attendais encore à être un peu surprise, et c’est là que ça a dérapé. J’ai passé presque deux heures à me demander où ils voulaient en venir : on ne comprend pas vraiment de quoi traite le film. Est-ce qu’il parle de la relation d’Ally et Tyler ? Ou de la façon dont chacun aborde la perte d’un proche ? Les deux sujets sont traités ensemble, mais ils sont tous deux survolés. L’analyse reste en surface, rien n’est creusé, les ressentis profonds ne sont pas mis en avant, les personnages ne s’interrogent jamais réellement, le film n’essaie pas de se renouveller. Dommage.
Ce qui m’a aussi frappée aussi au visionnage, c’est que tout le film repose sur Robert Pattinson. D’accord, il est beau et il a environ 347 millions de fans hystériques dans le monde, mais baser un film entier sur un acteur aussi jeune (et j’en ai peur, peu talentueux) c’est un pari risqué : il y a définitivement trop de lui dans ce film. Ses mimiques, son jeu, ses vêtements, l’essence même de son personnage, on se croirait
parfois nez à nez avec de scènes de Twilight. La preuve par l’image (puisque que toi, lecteur, tu es comme Saint Benoît, tu ne crois que ce que tu vois) :

Robert est un vrai bout en train ! Il a même pris quelques couleurs entre les deux films.


Il est toujours aussi content d’avoir une nana !

Remember me

Il est mélomane et musicien (sisi c’est vrai)
Remember me

Twilight

Le personnage de Tyler est donc bien bancal, et oui, Roro y joue « un jeune homme en révolte contre la société » :


Oui, il est amoché, il porte des Ray Ban et un tee shirt american vintage, pendant tout le film, il boit, il FUME, et il couche même avec la blonde, et oui, c’est un true rebel le Roro.

Tyler cite même Gandhi dans le film, oui, parce que Tyler sait lire :

Bref, une histoire qui s’annonçait plutôt divertissante dans la lignée des films-de-filles, mais trop de Robert Pattinson, tue le Robert Pattinson. La fin du film étant l’apothéose de l’absurde du film, à croire qu’on seulement voulu justifier le titre mais qu’on ne savait pas comment faire. Il aurait été plus juste de nous montrer Tyler et Ally, à 25 ans, se séparant pour une sombre histoire de vaisselle…

Je ne suis pas si mauvaise, dans Remember me, on a quand même des scènes angoissantes sous la douche :

Psychose

Remember me

Finalement, il ne me reste plus qu’à rejoindre le groupe Robert Pattinson me fait autant d’effet qu’une pizza surgelée. Ce qui est faux, une pizza me fait plus d’effet.

Article publié sur Silence on mange, un très beau blog de critique culino-cinématographique, tenu par une fille très chouette. (vous voyez bien que je ne suis pas si méchante)

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires